• votre commentaire
  • C'EST ICI


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • MILITANT AGRESSÉ À LA LA LIBRAIRIE PUBLICO,

    OU CASSE-RÔLES EST EN DÉPÔT

    ICI

    ET


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    Violences d’État contre les femmes

    Le 8 mars 2019 à Bordeaux

     

    Bordeaux, le 10 mars 2019

     

    A l'occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, plus de 800 manifestantes ont repris les rues de Bordeaux, lors d’une manifestation de nuit non mixte, à l'appel du Collectif 8 mars Gironde.

    Nombreuses et déterminées, elles ont occupé le centre-ville de Bordeaux au rythme de la batucada, des slogans et des chants féministes : "Nous sommes fortes, nous sommes fières", "Solidarité avec les femmes du monde entier", "Ras le viol" étaient des slogans qui revenaient régulièrement pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles et les féminicides. 

    Mais la manifestation pacifique a dû faire face à une répression policière démesurée.

    LIRE LA SUITE


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • LIGUE DU DROIT INTERNATIONAL DES FEMMES
    Association créée par Simone de Beauvoir
    6 Place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris,

    COMITE LAÏCITÉ RÉPUBLIQUE


    Paris, le 24 février 2019
                                                 Communiqué
    Ce que cache le HIJAB RUNNING NOIR : ou comment DECATHLON se fait le promoteur de l’apartheid sexuel
    Alors que la Révolution Islamique d’Iran fête ses 40 ans, et que des femmes héroïques se dévoilent en place publique au risque d’être emprisonnées, voire de disparaitre sans laisser de traces ; alors qu’en Arabie Saoudite des activistes féministes osent s’exprimer ouvertement contre leur statut de second rang et sont emprisonnées et torturées, alors que des femmes algériennes s’élèvent courageusement contre leur effacement de la société au moyen du voile, le monde du sport se rend complice de leur enfermement, en faisant la promotion d’un modèle sportif islamiste féminin dont le seul but est de prolonger l’apartheid sexuel imposé aux femmes dans l’espace public.
    Le CIO fut le premier à céder en 1996, aux JO d’Atlanta, refusant de sanctionner l’Iran pour avoir envoyé une sportive voilée de la tête aux pieds, contrevenant à la règle 50.2 1 de la Charte Olympique qui interdit toute expression politique ou religieuse dans le stade. Les Fédérations internationales sportives ont suivi les unes après les autres. La FIFA a été l’une des dernières à s’incliner, sous la pression de l’Iran, en permettant à partir de 2012, le port du hijab pour les footballeuses, bafouant la Loi 4 2 relative à l’équipement des joueurs.
    Les grandes marques de vêtements de sport n’ont pas tardé à investir « un marché juteux ». Après la marque néerlandaise Capsters, la canadienne ResportOn, Nike avec son Nike Hijab pro, Decathlon se met de la partie. La publicité est affligeante : « Conçu pour la coureuse qui souhaite se couvrir la tête et le cou pendant la course. Respirant qui ne bouge pas pendant la course » !
    Oubliée la mission éducatrice et émancipatrice du sport. Oubliée l’époque où l’on sanctionnait l’Afrique du Sud pour cause d’apartheid racial ! Tant pis pour les millions de femmes qui se battent partout dans le monde pour la liberté de leur corps et de leur esprit, au péril de leur vie.
    Le monde du sport veut-il vraiment être le fossoyeur des libertés des femmes ?
    Contact : Annie Sugier 3 06 38 39 42 92
    1 Aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique.
    2 L’équipement de base obligatoire ne doit présenter aucune inscription politique, religieuse ou personnelle
    3 Co-auteure de « Comment l’islamisme a perverti l’Olympisme » ed Chriséis


    votre commentaire